LE BAUDET DU POITOU

DE A... à... Z

 

 

 

 

 

L'ORIGINE DU BAUDET DU POITOU

 

Au risque de déplaire aux puristes...

En 1846, O. DELAFOND Professeur à l'Ecole Vétérinaire de Maison Alfort écrivait dans l'Encyclopédie des connaissances utiles... page 2306

" On admet généralement avec Buffon que l'âne, après avoir passé de l'Arabie en Egypte, est arrivé en Perse, en Grèce, en Espagne, en Italie, en France, et ensuite en Allemagne, en Angleterre, et en Suède. Les Espagnols les ont transportés en Amérique, où il était inconnu, aussi bien que le cheval. Les ânes d'Arcadie étaient célèbres dans l'ancienne Grèce; l'Italie et l'Espagne en élèvent de magnifiques; ils sont d'autant plus petits que les climats sont plus froids.

Introductions de l'âne en France. - Les auteurs s'accordent généralement à dire que les ânes, petits ou grands, à poils gris varié, ras et à bande dorsale, que l'on trouve dans toutes les provinces de France, ont été importés de l'Italie. Mais c'est de l'Espagne que nous est venue la belle race d'ânes du Poitou, importée elle même de l'Afrique par les Maures, qui ont possédé si longtemps la partie méridionale de la péninsule hispanique. Ces baudets introduits en Espagne, et dont la race est encore assez bien conservée aujourd'hui, ont les poils noirs, longs, frisés, et la bande cruciale sur les épaules, leur corps est ample, fourni, leur taille haute; leurs membres sont très-nerveux et leurs sabots d'une grande dureté.

L'exportation de ces ânes était sévèrement défendue en Espagne, et ce fut qu'au 16° siècle qu'un prince français, Philippe V, était monté sur le trône d'Espagne, leva la prohibition en faveur de la France. Un certain nombre de ces animaux fut donc, à cette époque, introduit chez nous et conduit en Poitou. C'est de cette importation que sont issus les ânes du Poitou, magnifique race qui est conservée avec le plus grand soin pour l'industrie mulassière, sujet d'un commerce considérable. Nous sommes donc naturellement amenés à traiter ici du Baudet comme animal reproducteur donnant le mulet.

D'après M. Pressat, auteur d'un très intéressant article sur l'âne et le mulet, on ne connaît dans le commerce du Poitou que deux races ; Les gros Baudets ou âne du Poitou, et les grands Baudets ou âne de Gascogne ..."

LA SAUVEGARDE DU BAUDET DU POITOU

L'âne du Poitou (ânesse et baudet) est le plus ancien des ânes. Il ne peut être confondu avec l'âne commun ...            "Il constitue une aristocratie dans l'espèce, une caste privilégiée fort peu nombreuse faisant l'objet d'un élevage particulièrement surveillé et d'un commerce fructueux" (Léon SAUSSEAU, 1925).
Il est sans doute l'élément principal de la qualité de la production mulassière poitevine et améliore de même la production des juments des autres races. De ce fait, le Baudet du Poitou est depuis sélectionné pour la production de mules.

La "grande espèce" Asine du Poitou est en effet une réalisation millénaire de l'agriculture et de l'élevage du sud de cette province : union d'une très grande masse avec une grande finesse de tissus, comme le prouve la ténuité du long poil soyeux de sa robe, ce à quoi on a toujours attaché un grand intérêt (baudets bourailloux ou guenilloux).

Pour des raisons différentes les deux espèces du genre Equus, les chevaux et les ânes, ont été utilisées par l'homme. L'âne a été domestiqué avant le cheval. L'âne servait aux paysans et aux marchands. Le cheval, d'abord chassé pour sa viande, devint la monture des guerriers avant d'être sélectionné en races aptes à tous les usages.
L'idée est venue de croiser ces deux espèces pour obtenir des animaux hybrides qui combineraient les qualités bien différentes de l'âne et du cheval. Ce croisement entre les deux races est possible de deux façons :
- soit entre le cheval (étalon) et une ânesse, ce qui donne le bardot ou la bardine ;
- soit entre un âne (baudet) et une jument pour obtenir une mule ou un mulet.
C'est le croisement baudet + jument qui a été préféré de tous temps. L'hybride obtenu de sexe mâle est le mulet, celui de sexe femelle, la mule. Sauf cas exceptionnels, mules et mulets sont stériles et ne peuvent donc se perpétuer.

Les difficultés rencontrées par les éleveurs pour obtenir par ce croisement peu naturel des mules et des mulets les ont conduits à sélectionner les ânes et les juments les plus aptes à cette production.
"Toute jument n'est pas mulassière, c'est une race particulière au Poitou, spécialement propre à cette production... pour qu'une jument produise des mules; il lui faut des dispositions occultes et inconnues ..." d'Availles, 1864) La jument mulassière est issue du croisement des chevaux poitevins (aujourd'hui disparus) et des chevaux Brabançons venus de Hollande et de Belgique pour assainir le Marais Poitevin. C'est ainsi que les mules engendrées par l'accouplement du Baudet du Poitou et d'une jument qualifiée de "mulassière" furent pendant très longtemps les plus appréciées de France et sans doute d'Europe et du monde entier. Eugène AYRAULT, vétérinaire à Niort, estimait en 1867 à plus de 18 000 le nombre de mules et de mulets mis en vente chaque année dans le Poitou. 

Un siècle plus tard, l'évolution des techniques et les transformations du monde agricole rangeaient la production mulassière dans les pratiques dépassées. Le Baudet du Poitou restait à l'esprit comme l'image même de l'ancien temps. Ses mérites furent oubliés. La race elle-même manqua de disparaître à jamais, faute d'effectifs.
Pourtant des efforts sont faits pour préserver et améliorer la production mulassière. En 1884 est mis en place le stud-book (livre généalogique) répertoriant les animaux selon des caractéristiques spécifiques : le baudet du Poitou doit avoir une grosse tête, les oreilles longues garnies de poils longs. Sa robe est bai brun avec de longs poils frisés et soyeux. Il doit avoir des membres puissants, les pieds larges et ouverts, recouverts de poils, une taille de 1,40 à 1,50 m au garrot pour les mâles, et 1,35 à 1,45 m pour les femelles.
Aux centaines d'ânes du Poitou du siècle dernier, ne succédaient plus en 1975, qu'une poignée d'animaux maintenus par la vigilance de quelques éleveurs encouragés par l'Administration des Haras Nationaux qui les aident encore aujourd'hui à organiser des concours mulassiers.
Aussi, était-il urgent d'entreprendre une opération de sauvegarde de la race Asine du Poitou.
- en 1977, une enquête réalisée par Annick AUDIOT, élève-ingénieur, indiquait clairement la disparition probable de la race des baudets du Poitou avant la fin de ce siècle par manque de reproduction du cheptel existant et surtout par indifférence générale.
- en 1978, il reste environ 60 baudets du Poitou en France. Le constat de la disparition de nombreuses races domestiques et la perte de la diversité biologique est générale, d'où la nécessité‚ d'une conservation du patrimoine génétique.
- en 1979, eut lieu une réunion décisive au siège des Haras Nationaux à Paris regroupant tous ceux que la disparition annoncée du Baudet du Poitou ne laissait pas indifférents. Des décisions importantes concernant l'opération de sauvegarde furent prises :
- effectuer un recensement de tous les spécimens d'ânes du Poitou.
- créer un livre A (Stud-book) pour recenser les sujets de race pure et un livre B pour connaître les sujets croisés (ceux ayant un parent de la race asine du Poitou et l'autre de la race commune car le caractère Poitevin domine et peut porter à confusion)
- prévoir la création d'une asinerie expérimentale aux fins d'amélioration génétique, de perfectionnement des techniques d'élevage, de recueil des traditions et d'information du public. Puis importation de 18 ânesses Portugaises. Elles serviront de base à la création du Livre B.
- en 1980, création de l' Asinerie nationale expérimentale du Baudet du Poitou à la Tillauderie sur la commune de DAMPIERRE sur BOUTONNE (17) par les Haras Nationaux et le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin, les Conseils Généraux de Charente Maritime et des Deux-sèvres pour lutter contre la consanguinité.
- en 1988, création de l' Association pour la Sauvegarde du Baudet du Poitou (la SABAUD) à l'initiative du docteur vétérinaire Jacques Fouchier, ancien ministre de l'Agriculture et ancien parlementaire des Deux-Sèvres.

 
 

LE STANDARD DU BAUDET DU POITOU

  • Tête grosse et longue

  • Oreilles longues et bien ouvertes, garnies de poils longs

  • Encolure forte

  • Garrot effacé

  • Dos droit et long

  • Rein bien attaché

  • Hanches peu saillantes

  • Croupe courte

  • Cuisse longue et musclée

  • Epaule droite

  • Sternum saillant

  • Côtes rondes

  • Membres puissants, articulations très larges

  • Pieds larges et ouverts, recouverts de poils

  • Robe bai brun, passant quelquefois au jaunâtre (dans ce cas, appelée fougère), avec le pourtour de la bouche, du nez, des yeux gris argenté bordé d'une auréole rougeâtre.

  • La robe ne doit jamais être rubican (groupe de poils blancs disséminés dans la robe) ni porter de raie de mulet (bande noire longeant la ligne dorsale du garrot à la queue) ni porter le bande scapulaire ou de bande cruciale.

  • Dessous du ventre et intérieur des cuisses gris clair, sans aller au blanc lavé

  • L'ânesse est parfois moins chargée de poils, son bassin et sa croupe sont plus larges que chez le mâle

  • Taille moyenne du mâle : 1.45 m

  • Taille moyenne de la femelle : 1.40 m

CREATION DE L'ASINERIE DE DAMPIERRE

Pour vous rendre à l'Asinerie Nationale de Dampierre sur Boutonne

L'Administration des Haras et le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin sensibilisés par ces problèmes créèrent, en 1980, l'Asinerie Nationale à Dampierre sur Boutonne (Charente-Maritime), dans des bâtiments appartenant à la dernière descendante d'une lignée d'éleveurs : Mlle AUGER. Le Parc Régional est propriétaire du troupeau, préside le conseil technique et scientifique de l'Asinerie et s'occupe du patrimoine culturel autour de l'élevage afin de sensibiliser le public aux aspects historiques et aux travaux de sauvegarde. Le Haras National de Saintes assure la conduite du troupeau (alimentation, parage, saillies…). L'asinerie nationale créée en 1980 et propriété du Conseil Général de la Charente Maritime a pour objectif d'élever et sauvegarder les baudets du poitou :


- Pour mettre en oeuvre un programme de reproduction
- Pour mettre à la disposition des éleveurs une station de monte
- Pour sensibiliser et informer le public
- Pour mettre en oeuvre des programmes pour améliorer la connaissance de la race, son élevage et sa reproduction

Ces activités sont menées par le Parc Interrégional Naturel du Marais Poitevin, les Haras Nationaux, l'UPRa et la SABAUD.

En 1989 le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin ouvre la Maison du Baudet à l'Asinerie. Cconformément à sa vocation de communication, celui-ci met en place à l'Asinerie une exposition retraçant l'histoire du Baudet du Poitou et de la production mulasserière. Le public peut en outre visiter les bâtiments et observer les animaux.
De plus, elle sert de station de monte et reçoit les 'éleveurs chaque année.


En 1990, c'est l'acquisition d'un troupeau menacé de disparition, celui de Melle AUGER, propriétaire du cheptel le plus important en quantité et en qualité, décède en 1989. Les héritiers ne souhaitant pas garder les animaux, l'ensemble des animaux sont à vendre. Afin d'éviter la dispersion de ce capital génétique par des acquéreurs étrangers, les Haras Nationaux, le Parc et surtout la SABAUD (aidée par la MACIF Assurances) rachètent le troupeau.

 

CREATION DE LA SABAUD, 30 ans déjà ...

 

La création de la SABAUD en 1988, Association de la sauvegarde du baudet du Poitou a été créée sur l'initiative de M. FOUCHIER, secrétaire général au Ministère de l'Agriculture et de la Pêche. Elle regroupe (à sa création) de nombreux scientifiques, en majorité vétérinaires et ingénieurs agronomes. Ses objectifs sont :

  • La promotion de la conservation du patrimoine génétique constitué par la race asine du Poitou, 

  • La recherche et la mise en valeur des connaissances tant historiques que scientifiques et zootechniques,

  • La valorisation de l'information auprès des éleveurs et du public. 

Les connaissances scientifiques sur cette race étant peu nombreuses, les problèmes abordés présentent une grande variété :

  • anatomie,

  • biologie,

  • génétique,

  • alimentation,

  • pathologie,

  • reproduction

  • ...

C'est notamment LA SABAUD qui a lancé l'idée de l'insémination artificielle et d'une manière générale, de l'utilisation de la reproduction médicalement assistée, chez le baudet du Poitou. Ces recherches n'avaient encore jamais été réalisées sur l'espèce asine. 

Le Dct Jacques Moreau (à gauche sur la photo) à présidé la SABAUD de 1988 à XX et le Dct François-Xavier Martin à succédé au Doct Moreau et préside depuis l'Association. Tous deux vétérinaires dans les Deux-Sêvres, ils ont su tenir à bouts de bras cette Association, pour qu'aujourd'hui, la race Baudet du Poitou existe encore.

A droite, Annick Audiot qui, sans son mémoire d'étude de 1977, l'histoire du Baudet du Poitou n'aurais pas existé ...

Mémo réalisé pour les 20 ans de la SABAUD ...

 

IMPORTATION DES ANESSES DU PORTUGAL

Le principe du croisement d'absorption consiste à introduire du sang neuf parmis une population d'animaux à faible effectif. Le brassage des gènes évite ainsi toute perte de patrimoine génétique, tout en augmantant l'effectif de la race. Une douzaine d'ânesses ont été importé du Portugal pour servir de base de départ au Livre B.

Le principe de ce programme consiste à croiser ces ânesses avec des Baudets. Les femelles F1 issues de ce croisement sont à leur tour saillies par des baudets du Poitou, et ainsi de suite. 
Pourquoi le Portugal ? L'histoire raconte qu'un négociant en ânes (M. Robert FABERE) venu en Poitou pour acheter des Baudets pour le Maroc, signalait aux Haras de Saintes (M. Michel MAMY) qu'il avait la possibilité de trouver au Portugal des ânesses de grandes tailles. S'agissait-il à l'époque de l'ânesse de MIRANDA (Portugal) ou de ZAMORA (Espagne) ? Aux vues des photos ci-dessus, vraisemblablement pas. Si celà avait été le cas le phénotype aurait été préférable (NDLR !)

QUELQUES FIGURES D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

 

L'originalité de cet élévage réside aussi par la sympathie, la motivation et la foie de ses éleveurs dans la sauvegarde de la race ...

Disparus pour certains, ils marquent encore l'esprit des éleveurs d'aujourd'hui ...

Caricatures ou photographies ... j'en oublie probablement, vous m'en excuserez. Par contre je suis preneur de photographies, caracatures ou autres dessin, pour animer ce site, n'hésitez pas à me le signaler : Yann Morceau.

M. Faucher

eleveur dans les Deux-Sêvres

M. Goimard

Directeur départemental des services agricoles

M. Moreau

Eleveur à Brochain dans les Deux-Sêvres

HIER

De gauche à droite : Monsieur Rivaud d Ste Blandine, Monsieur Taunay, Président du Syndicat Mulassier, Monsieur Moreau de St Liguaire, Monsieur Marc Sanssier, Inspecteur Général des Haras, Monsieur De Lassens Sous Directeur des Haras de La roche /Yon et Abel Joulain, de Saint Martin Les Melles.

M. De Malherbe

Directeur Général des Haras

M. Delabrosse

Directeur du dépôt des Haras de La Roche /Yon

M. Sagot

Eleveur et Président du Stud-Book des Deux-Sêvres

M. De la Morandière

Inspecteur Général des Haras

M. Gouzel

Directeur des Haras de Saintes

M. Abel Joulain

Eleveur à St Martin les Melles

De gauche à droite :

  • Monsieur Marcel Auger de Blanzay sur Boutonne

  • Monsieur Jean Douit de Vouillé

  • Monsieur Isaac Godard d'Exoudun

  • Monsieur Victor Joulain de ST Martin les Melles

  • Monsieur Marcel Moreau

  • Monsieur André Moreau

AUJOURD'HUI

M. Régis Léau

Ile de Ré

Mme Laurence Auger

Blanzay / Boutonne

M. Pierrick Auger

Le Rochereau

M. Bernard Courtois

Ayroux

Mme M.Josée Coppey

Breuil Chausée

Mme Christine Sambussy

Aigonnay

M. Decou

Azay le Brulé

M. Michel Decou 

Azay le Brulé

M. Didier Bernard

Taizé Aizie

Jean Warroux

Crézières

M. Christiane Warroux

Crézières

M. Daniel Coppey

Breuil Chausée

M. Philippe Gaillard

Ceaux en Couhé

M. Jean-Luc Duguy

Blanzay / Bouton

M. François-Xavier Ressegand

Usson du Poitou

M. Guy Noël

Frenq

M. Fernand Michel 

Secondigny

Mme Dany Martineau 

Secondigny

M. Michel Besson

La Ronde

Mme Sophie Gaborit

Vouvant

M. Jean-Michel Berthéol

La Chapelle Baton

M. Maurice Coirault 

Parthenay

M. Christian Plotz

Plombière les Bains

Mme Sophie Berthéol

La Chapelle Baton

M. Pénéloppe Friand

Saugues

M. Albert Brunet

Saint Symphorien

M. André Léau

Ile de Ré

M. George Girard 

Antraygue

Mme Roselyne Girard 

Antraygues

M. Jean-Paul Milhet

Minetout Salon

M.  Menno

Van Meegeren

Coutières

Mme  Yvette

Van Meegeren

Coutières

M. Rémy Rivault 

Sainte-Blandine

M. David Rivault 

Sainte-Blandine

Mme  Véronique Laurent-Emilie 

Fouleix

M.  Emmanuel Legay 

Fouleix

M.  Eric Esmery

Bressuire

Pascal et Isabelle Enée

Plumelec

M. Claude Courivaud

Esse

Yann Morceau

Crac'h

Laurence Morceau

Crac'h

M. Edouard Pépin

Le Vigeant

Daniel Langlet

Saint Rémy des Landes

Mme Catherine Langlet

Saint Rémy des Landes

M.  Alain Puthod

La Balme de Sillingy

Mme Françoise Bataille

Crestet

M. François Bataille

Crestet

M. Vincent Demousseau

Granzay-Gript

Jean-Christophe Sauze

Ardin

Michel Grangeré

Saint-Symphorien

Mme Venderlip

USA

M.  Thierry Canteau Germond_Rouvre

Thierry Faivre

Le Langon

M.  Richard Cormier

Saint-Nolff

Mme  Suzanne Auger

Blanzat / Boutonne

Fernand Chassat

Civray

M.  Pierre Bonnin

Niort

M.  Michel Caubet

Melesse

M.  Philippe Gauge

Allonne

M.  Jean-Paul Cluzel

Barqueville

M.  Michel Mamy

Aumagne

M.  Henri Moynard

Chef Boutonne

M.  Francis Bobineau

Mauprevoir

M.  Bernard Jallais

Sêvres-Anxaumont

M.  Bern Schlichterle

Allemagne

M.  Hubert Joulain

Saint-Martin les Melles

M.  Martineau

xxxxxxxx

M. Florence Moynard

HIesse

M.  Guy Moynard

Hiesse

M.  Yves Boutant

Esse

M.  Aymard

Causse Diege

M. Frédéric Jourdin

Chizé

M. Alain Boutet 

Persac

M. Siegbert Ehmann Wulf

Allemagne

M. Thierry Duperret

Mars

M. Yohan Brisson 

Persac

Mme Caroline Charpentier

Asinerie

Mme Virginie Brice 

Haras Saintes

M. Ludivine Cosson 

Coulon

M. François Xavier Martin

Prahecq

M. Paul Rica 

Coulon

Benoit Biteau

Coulon

Mme Mélanie Goemar Baudin

Ophélie Le Campion

Coulon

Mme XX 

xx

Mme Cécile Tibéry -

Persac

M. Michel Barreault

Mirebeau

M. Stéphane Bernard

Taizé Aizie

M. Yoan Maes 

Belgique

M. M-Aimé Trossat

L'Etoile

M. Alexander Aretz

Espagne

M. Didier Chambon

Charroux

M. Claude Gendron

Chantenay Villedieu

M. Laurent Gault 

Fontenay Le Compte

M. Bernard Chartier  

Gançay

M. Bertrand Chiché

Bourgneuf en Retz

Mme Anne-Marie Jondet 

Pont de Buis

M. Jean-Pierre Mariot

Beaumont pied de Beouf

M. Guy Durkalec

Cussac sur Loire

M.  Gérard Doux

Usson du Poitou

M. Raphaël Thimonnier, Pamproux

M. Nicolas Séguier

Ile d'Oléron

M. Jacques Moreau

La Crêche 

M. Alain Letourneur 

Marmagne

Mme Barbara Lutz

Allemagne

M. André Patrault

Ceaux en Couhé

M. Georges Guinay 

Troussey

Mme Aunault 

Luynes

M. XX 

xx

M. Christian XX 

xx

M. XX 

xx

Mme XX 

xx

M. XX 

xx

M. XX 

xx

Mme XX 

xx

M. XX 

xx

M. XX 

xx

M. Bachelier 

Mme Aubin

La Mothe St Heray

M.  Bocquet 

Nono 

Asinerie

Mme Annick Audiot

Benoit Foucher

Beauvoir / Niort

Marc-André Philippe

James Vinatier

M. Serge Boutin

16 Mazerolles

CONTACT

Asinerie de la Baie - Kerjean N°6 - 56950 CRAC'H

Tel: +33 297 300 447 | Mob: +33 785 887 997  | asineriedelabaie@wanadoo.fr

© 2019 by Yann Morceau. Proudly created with Wix.com

Follow me:

  • Facebook Social Icône
  • Facebook Social Icône
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now