Capture.JPG
 
 

La prédation par les rapaces ...

En préambule de cette page un super mémoire sur les Rapaces et la Colombophilie

Capturé dans notre dernier bulletin national

A noter que l'épervier commun, comme tous les rapaces en France, est un animal protégé depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981, et que par conséquent, toute atteinte (perturbation, capture ou destruction) portée à cet animal est passible d'une sanction pénale d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende.

Cliquez sur la photo

Nous entendons de plus en plus de cas de prédations par les rapaces.

Une Commission Régionnale et Nationale sont en train de se monter pour pouvoir mettre en avant cette problématique, où la cohabitation entre Rapaces et Pigeons voyageurs devient difficile.

 

Au même titre que le loup dans les Alpes, où la cohabitation avec les moutons pose aussi quelques problèmes, cette Commission Rapaces tentera de monter un dossier afin d'obtenir indemnisation.

 

Sur cette page, nous allons tenter de reconnaitre les prédateurs potentiels de nos pigeons voyageurs, et de connaitre les différents moyens de prévention qui en découlent.

 

L'Epervier d'Europe, Accipiter ninsus ...

FALCONIFORMES > ACCIPITRIDAE > Accipiter nisus

long: 27-38 cm - poids: 185-350 g, 110-200 g - env: 55-75 cm


Description :

Petit rapace à longue queue. La femelle, beaucoup plus grande que le mâle, ressemble à l'Autour des palombes en plus petit, avec une silhouette plus élancée, une queue plus longue et carrée au bout, le dos brun-gris foncé, des sous-caudales blanc sale. Mâle gris-bleu, roux-orangé sur les joues, les flancs finement barré sur les parties inférieures. Silhouette du juvénile proche de celle de la femelle, mais le plumage est brun roussâtre. Oiseau furtif et discret, mais peut s'approcher de l'homme dans le feu de l'action.
Sédentaire en Europe de l'Ouest. Les juvéniles sont un peu erratiques dès août. Des oiseaux venus du Nord de l'Europe peuvent passer ou hiverner dans l'Europe de l'Ouest de septembre à avril
Sur le site de nidification, émet fréquemment un kieu-kieu-kieu-kieu lors du vol nuptial.


Habitat :

Surtout dans les régions boisées et cultivées, avec bosquets, plantations...

Alimentation :

Principalement des oiseaux, jusqu'à la taille d'un pigeon (voire faisan), rarement des souris, exceptionnellement des chauves-souris. Ses stratégies de chasse principales sont l'affût et l'arrivée par surprise, toujours en profitant de la végétation pour se dissimuler; techniquement, ses points forts sont la ténacité dans la poursuite et la manœuvrabilité.


Reproduction :

Nid de branchettes, dans un conifère de préférence, quelquefois dans un grand fourré ou un feuillu. Pond 4 à 5 œufs de 40 mm, bleuâtre pâle tachetés de brun roux, en avril-juin. L'incubation dure 33 à 35 jours. Les jeunes, nidicoles, restent au nid 24 à 30 jours

Alarme d'une femelle près de l'aire et jeune quémandant de la nourriture.
Cris d alarme d'une femelle en vol près de son aire.​
Cris de demande de nourriture d'un jeune ayant quitté son aire.​
 

Le Faucon Pélerin, Falco peregrinus ...

FALCONIFORMES > FALCONIDAE > Falco peregrinus

long: 39-50 cm - poids: 900-1300 g ; 600-750 g – env : 95-115 cm


Description :

Le Faucon pèlerin est de la taille d'un Pigeon, avec une allure puissante, poitrine bombée, des ailes pointues en forme de faux, la queue courte. Chez le mâle, le dessus du corps est gris ardoisé, le ventre blanchâtre barré de sombre paraît gris de loin, la poitrine est plus pâle; il a de larges moustaches noires. La femelle est plus foncée dessus et plus rayée dessous. Les sub adultes plus élancés sont davantage brun dessus, blanchâtre à jaunâtre dessous avec des stries longitudinales noires.


Habitat :

Très diversifié: montagne, vallées avec cours d'eau, falaises, côtes, campagne cultivée, ville.
Alimentation : Surtout des oiseaux capturés en vol, attaques en piqué sur l'arrière, plus rarement des insectes et des petits mammifères.


Reproduction :

La parade comprend des vols en cercles élevés, des piqués, des poursuites. Le Faucon pélerin niche le plus souvent sur les falaises; gratte au sol la petite dépression du nid. Plus rarement sur un bâtiment élevé, dans une cavité d'arbre ou un nid de branches inoccupé, au sol dans la toundra. Fin mars début avril, pond 3-4 oeufs blanchâtres, tachés de brun-rouge, de 52 mm. L'incubation dure 29-32 jours. Les jeunes, nidicoles, s'envolent à 35-49 jours. Maturité sexuelle à environ 2 ans, ils peuvent alors former des couples durables.

Cris habituels puis alarmes, et chant d'un mâle.
Cris d'alarme d'un adulte près de son aire
Chants du mâle suivi de la parade nuptiale du couple
 

L'Autour des Palombes, Accipiter gentilis ...

FALCONIFORMES > ACCIPITRIDAE > Accipiter gentilis

long: 48-61 cm - poids: 800-1350 g, 500-1100 g - env: 135-165 cm


Description :

Femelle beaucoup plus grande que le mâle, de la taille d'une Buse variable, mais avec des ailes rondes et une longue queue. Le mâle ressemble à une très grande femelle d'Epervier d'Europe, mais l'aile est plus longue et plus large. Dessus sombre, ventre étroitement barré chez l'adulte, strié chez les jeunes.
Sédentaire en Europe de l'Ouest. Les jeunes sont erratiques et ceux du Nord-est de l'Europe où l'espèce est partiellement migratrice peuvent hiverner en Europe de l'Ouest.
Près du nid, cri d'alarme puissant et perçant koui koui koui koui. Le cri est un kouièèèh mélancolique, un peu vibrant.


Habitat :

Surtout forêts de conifères, avec de grands espaces découverts, champs ou prairies, en plaine et en montagne.


Alimentation :

Mammifères et oiseaux pouvant atteindre la taille d'un lièvre ou d'un coq de bruyère, parfois autres rapaces, nocturnes, en hiver.


Reproduction :

Nid de branches dans un arbre, souvent haut dans la couronne d'un pin. Pond 3 à 4 oeufs blanc bleuâtre de 57 mm, en mars-juillet. La couvaison dure 35 à 41 jours, surtout prise en charge par la femelle. Les jeunes nidicoles sont ensuite protégés par la femelle qui se charge aussi de leur distribuer la nourriture apportée par le mâle; ils restent au nid 38 à 43 jours

 

Source : Site internet 

Cris d'un couple près de l'aire puis de jeunes sur l'aire
Cris d un mâle puis d'une femelle près de l'aire
• Cris de jeunes déjà grands sur l'aire
Cris d'un jeune déjà grand volant autour de l'aire
 
 

Les moyens de prévention ...

La bouteille de champagne :

 

Parmi les moyens mis en oeuvre pour protéger ma colonie, j’en ai retenu un auquel je n’accordais jusqu’ici qu’une appréciation sceptique. Pourtant il s’avère d’une bonne efficacité et s’appuie sur une caractéristique physiologique du rapace qui, quoi qu’on en pense, dispose d’une vue très limitée dans l’analyse des formes. 

Ainsi, il est incapable de faire la différence entre une boule de verre noir et un chat qui, soit dit en passant, est son pire ennemi. De la même façon, une bouteille de champagne (vide !) plantée à l’envers et à la cime d’un jonc constitue pour lui un ennemi redoutable qu’il assimile toujours à un chat sur un poteau. J’en ai disposé trois sur ma propriété, à des endroits jusqu’alors fréquentés et donc stratégiques pour les rapaces, et depuis… force est de constater qu’ils ont disparu.

Source : Facebook

Le Hibou Grand-Duc :

 

Le Hibou (Grand-Duc) est le seul prédateur des Faucons et Eperviers ...

Aussi la présence de celui-ci autour du colombier permetterait une certaine tranquilité.

Par contre il convient d'habituer préalablement les pigeons à la présence du Hibou factice.

(Capturé dans notre bulletin national)

Le Yeux du Hibou Grand-Duc :

 

Autre technique, celle de fabriquer les yeux du Hibou et de les positionner sur le toit du colombier.

Voir article et photo ci-contre

Adapter les heures des lâchers au colombier :

 

Lorsque l'on s'intéresse à l'heure à laquelle les pigeons sont lâchés, il apparaît nettement sur la figure 2 que la prédation n'est pas la même tout au long de la journée. Les lâchers expérimentaux ont été réalisés entre 7H00 du matin et 12H30. L'explication est peut- être tout simplement à chercher dans les moeurs du rapace qui cherche sa pitance dès le soleil levé; Une fois son repas pris, son agressivité baisse et les pigeons rentrent mieux.
De nombreux colombophiles aiment lâcher leurs pigeons très tôt le matin car les pigeons volent mieux de bonne heure, surtout l'été où les températures peuvent être caniculaires vers le zénith.
Au vu de ces résultats, il apparaît que la décision de l'heure du lâcher doit aussi prendre en compte le risque rapace, qui peut être bien plus délétère que le risque chaleur. En région infestée de ces fléaux, il peut être préférable de lâcher plus tard, vers midi, surtout pour les concours de vitesse et de petit demi-fond. Pour les concours de grand demi-fond ou de fond, le risque rapace est peut-être inférieur au risque de coup de chaleur que l'animal peut subir en commençant son vol au milieu de la journée.

Source : Site internet Fédération Colombophile Nationale

Cohabiter avec les corneilles ... :

 

Il semblerait que la présence des corneilles dans les arbres autours du colombiers, ou dans les environs, éloignent les éperviers.

En effet la cohabitation Corvidés / Eperviers Joue à l'avantage de nos pigeons voyageurs

Voici un article vu dans la revue "le monde des oiseaux de juillet/aout 2010" : 

 

« ... Il existe pour l'éloigner un moyen infaillible que j'ai pu expérimenter et dont je me fait l'avocat. Il suffit de placer un ou plusieurs miroirs de la taille d'une feuille de papier A4 sur le toit de la volière. Aucun épervier d‘Europe n'osera s'aventurer sur les lieux. Quelle en est la raison? Tout simplement l'idée que se fait l'oiseau de son reflet dans la glace, il croit avoir à faire avec un rival, quitte la place pour ne plus y revenir ... »

Pour monter un dossier ...

 

  • Un courrier explicatif de l’attaque

  • Photo du pigeon mort avec la bague visible pour identifier le N° matricule et année

  • Preuve des résultats si performance il y en a.

  • Photo si possible du rapace

  • Date heure et circonstance de l’attaque (Conditions météo, heure, condition de vol, … etc …)

  • Circulaire CERFA rempli (en pièce jointe)

  • Mode de prévention mis en place autour du Colombier (Photo à l’appui)

 

12 astuces pour se débarrasser d'une fouine :

 

Les fouines sont des animaux plutôt mignons. Mais elles sont capables de faire de terribles dégâts... Notamment dans les poulaillers ou dans les greniers. Solitaire et nocturne, la fouine est un petit mammifère doté de 38 dents. Et elle ne se prive pas de s’en servir ! Une fouine a élu domicile sous votre toit ou harcèle les pigeons de votre colombier ?

Et maintenant vous vous demandez comment vous allez pouvoir vous en débarrasser ? Heureusement, il existe des astuces naturelles et efficaces pour chasser les fouines de la maison sans les tuer.

Et ça marche aussi bien pour le jardin, le grenier, les combles que la voiture !

Cliquez sur le PDF ci-joint -->

Source : https://www.comment-economiser.fr/

FALCONIFORMES > ACCIPITRIDAE > Accipiter nisus

long: 27-38 cm - poids: 185-350 g, 110-200 g - env: 55-75 cm


Description :

Petit rapace à longue queue. La femelle, beaucoup plus grande que le mâle, ressemble à l'Autour des palombes en plus petit, avec une silhouette plus élancée, une queue plus longue et carrée au bout, le dos brun-gris foncé, des sous-caudales blanc sale. Mâle gris-bleu, roux-orangé sur les joues, les flancs finement barré sur les parties inférieures. Silhouette du juvénile proche de celle de la femelle, mais le plumage est brun roussâtre. Oiseau furtif et discret, mais peut s'approcher de l'homme dans le feu de l'action.
Sédentaire en Europe de l'Ouest. Les juvéniles sont un peu erratiques dès août. Des oiseaux venus du Nord de l'Europe peuvent passer ou hiverner dans l'Europe de l'Ouest de septembre à avril
Sur le site de nidification, émet fréquemment un kieu-kieu-kieu-kieu lors du vol nuptial.


Habitat :

Surtout dans les régions boisées et cultivées, avec bosquets, plantations...

Alimentation :

Principalement des oiseaux, jusqu'à la taille d'un pigeon (voire faisan), rarement des souris, exceptionnellement des chauves-souris. Ses stratégies de chasse principales sont l'affût et l'arrivée par surprise, toujours en profitant de la végétation pour se dissimuler; techniquement, ses points forts sont la ténacité dans la poursuite et la manœuvrabilité.


Reproduction :

Nid de branchettes, dans un conifère de préférence, quelquefois dans un grand fourré ou un feuillu. Pond 4 à 5 œufs de 40 mm, bleuâtre pâle tachetés de brun roux, en avril-juin. L'incubation dure 33 à 35 jours. Les jeunes, nidicoles, restent au nid 24 à 30 jours

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now