Sorcellerie ou instinct de survie ?

 

 

Vous avez tous entendu parler de la mésaventure de notre ami Yann, durant cette saison. Je viens ici vous relater les faits.

Chacun d’entrevous fera sa synthèse et aura son avis en fonction de son expérience et son ancienneté colombophile.

 

« L’expérience est une lanterne que l’on porte sur le dos et qui n’éclaire jamais que le chemin parcouru ». Confucius.

 

Samedi 20 juin 2015, première attaque, une bête saigne l’ensemble des reproducteurs de Yann. Coup dur pour lui, mais par chance si on peut s’exprimer ainsi, les pigeons de sport sont en concours. Ainsi la casse est limitée. Sauf pour un Yearling oublié pour l’enlogement de Saumur, il servira de dessert pour l’auteur de cette maraude nocturne. Mais le choc pour Yann est réel. Marc, l’un de ses amis et ancien colombophile connu et reconnu, lui offre ces derniers reproducteurs pour remplacer les couples saignés qu’il lui avait déjà confiés. Je dirai là :                                                    «Quelle gentillesse, ce Marc ! ».

 

Yann tente de savoir par où la bestiole est passé et rebouche les éventuels passages, avec le fameux grillage ‘’Léo’’, au colombier de reproduction. Et puis la vie colombophile de celui-ci reprend son cours jusqu'au jour du 02 juillet 2015, où là, la bestiole frappe à nouveau. Les pigeons ne sont pas encore enlogés. Cette fois elle sévit sur les pigeons de sport. La totalité des pigeons adultes est tuée. Malheur, Yann n’est pas présent ce jour, Laurence, son épouse est seule face au drame. Yann dans l’urgence contacte Marc, ce dernier se rend sur les lieux et constate malheureusement la casse. Il s’aperçoit également que l’animal a tenté de pénétrer chez les pigeonneaux.

Le prédateur  en question a, en effet, sectionné la patte d’un de ses pigeonneaux à travers le grillage, créant ainsi un stress immense à ces derniers.                     

 

Dans l’urgence de la situation, Marc en accord avec Yann et pour le plus grand soulagement de Laurence, prend la décision de rapatrier les pigeonneaux rescapés chez lui. En effet celui-ci disposant de suffisamment de place pour les héberger, suite à son abandon de la pratique du sport colombophile, et laissant ainsi ces installations disponibles.

« Quel gentilhomme ce Marc !  ».

 

Nous sommes, là,  le Jeudi 02 juillet 19H40. Marc repart avec lesquels 26 pigeonneaux de Yann.

Le lendemain les pigeonneaux passent la journée, avec les meilleurs soins que Marc puisse leurs donnés. On fait confiance à ce colombophile chevronné pour les mettre dans les meilleures conditions pour absorber le stress.

Samedi 04 juillet 14H soit 42 heures après leur arrivée, les pigeonneaux sont relâchés de Kervazo. Les pigeonneaux quittent le colombier à la queue leu-leu (à la queue le loup) et forment un cortège qui se dirige direct vers Crach. Content de ce fait, Marc se dit que les choses vont rentrer dans l’ordre et que tout ceci n’est qu’un mauvais souvenir pour Yann.

 

 

 

Mais hélas, les pigeonneaux après avoir  survolé leur colombier à Kerjean, sont de retour  à Kervazo! Ceci une heure à une heure et demi après leur libération. Après maintes essais et de nombreux tours au dessus du colombier de Marc, les pigeons finissent par rentrer dans leur colombier d’hébergement, se sentant là en sécurité. Constat navrant mais intéressant à analyser, sur la faculté d’orientation des pigeons !

 

Sorcellerie ou instinct de survie ?

 

Le lendemain matin, Marc véhicule les pigeonneaux, jusqu'à leur colombier à Kerjean. Après discutions autour d’un pot, Yann et Marc ont dû mal à expliquer le comportement des pigeonneaux!

Les choses semblaient être rentrées dans l’ordre au sein du colombier, en fin de journée de ce beau dimanche, Yann voulu en avoir le cœur net, avant la reprise du travail le lendemain, il relâchât les pigeonneaux en question !

 

Rebelote et dix de der, les pigeonneaux retournent à Kervazo, chez Marc. Il est 19H -19H30, les pigeonneaux volent au dessus du colombier de manière diffuse, les l’un voulant rentrer là, les autres hésitant à regagner leur port d’attache à Kerjean.

La volée s’étire les pigeons disparaissent, reviennent, en deux mots c’est la ‘’chienlie’’ comme l’a dit le Général en 68 !

Pour finir plus d’une bonne dizaine de pigeonneaux rentrent au colombier de Kervazo. Dont une pigeonnelle, la 010, pour y déposer son deuxième œuf comme elle l’avait fait l’avant vieille dans une petite nichette de son colombier de secours. Marc qui n’y avait pas fait attention est le premier surpris de cet évènement quelque peu touchant. Les autres pigeonneaux sont au sol dans le champ de luzerne face à ses installations.

 

Le lendemain, lundi 06 Juillet, les pigeonneaux restant dehors ne cessent d’effectuer des allers-retours entre Crac’h et le secteur Belz-Erdeven, sans toutefois rentré à Kervazo. En fin de journée, Yann vient chercher la douzaine de ces  protégés rentés la vieille chez Marc. Le mardi 07 Juillet au soir Nicolas, vous savez le colombophile de la société de Lorient qui à rejoint l’Académie du pigeon d’Auray en 2014, signale 4 pigeonneaux de Yann chez lui dont 1 est rentré. Le Mercredi 08 Juillet, en après-midi,  Marc rentre à nouveau 4 pipants de l’équipe de Yann. Il aura fallu attendre 6 jours pour que celui-ci récupère tous ces pigeons !

Après avoir installé une trappe-piège, et attrapé Chats, Hérisson, Merles et Pinsons, le monstre est enfin attrapé dans la nuit du 8 au 9 Juillet…Il s’agit un mustélidé, soit dans ce cas une martre.

Après tout ce périple subi par Yann, il décide de tenir ces pigeons enfermés à Kerjean, et ceci jusqu’au 13 Juillet.

 

En cette  fin de journée de la vielle de notre fête Nationale, les pigeonneaux sont libérés. Malheureusement ce qui était prévisible, arriva. La sympathique colonie de Yann est venue survoler leur colombier d’adoption lors de cette volée libératrice, il est 20H.

Mais cette fois, ils ne font que passer, et repartent vers Kerjean. Ce soir là, Yann galèrera jusqu’à 21H pour que tout rentre dans l’ordre. Une étape est franchit !

S’en est suivi de nombreux essais de lâcher de la part de Yann. Les pigeonneaux restent à Kerjean mais ont du mal  à se poser  sur le colombier, la plus part tombe sur le pré comme à Kervazo. Yann est obligé de les rentrer en marchant, tel des jeunes canards !

Le 16 Juillet, les pigeonneaux sont libérés en début soirée.  C’est à nouveau le tourment, la moitié des jeunes  ne sont pas présents pour le soir. Ils ne sont pas à Kervazo, non plus ?  Par la suite et après trois, quatre jours de nouveaux essais, les choses ont fini par rentrer dans l’ordre.

 

Sorcellerie ou instinct de survie ?

Pour répondre à cette question, en tant que vieil observateur de nos amis les bêtes, je parlerais là d’intelligence instinctive ! En effet, Je pense que les Pigeons Voyageurs sont parmi les animaux les mieux équipés au niveau intelligence sensorielle. Sinon nous ne ferions pas de concours !

Chacun d’autres nous, se souvient de ce fameux  pigeon hébergé (souvent Anglais) et rapidement relâché après 24 ou 48H. De plus hébergé, soit dans un sous-sol, soit dans un réduit ne lui offrant même pas la possibilité de voir les alentours, ni même le ciel. Malgré cela le voilà de retour après l’avoir lâché à quelque kilomètre voir quelques centaines de kilomètres ! Cela est dû à leur instinct de survie et surtout à une rapidité de s’orienter en permanence. On peut conclure, là, d’une intelligence au-delà de la moyenne ! Par observation, je pense que les pigeons du Royaume-Uni sont assez bien munis de ce côté-là ! Ils préfèrent sans doute le contact avec le magnétisme terrestre qu’avec la mer ! Cela semble logique…

 

Pour finir :  « Quel bel animal ce pigeon voyageur ! »

 

 

                                                                                                                   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PMDK.